Vous Avez Un Temoignage ?? Vous Voulez Dire Ce Que Dieu A Fait Pour Vous ?? Defoulez Vous !!!
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Témoignage de Jean-Daniel Herren

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
P@TRICE
Membre Pour Jésus Christ


Messages : 59
Date d'inscription : 17/12/2008

MessageSujet: Témoignage de Jean-Daniel Herren   Dim 15 Fév - 19:20

La rencontre avec Dieu
Je m'appelle Jean-Daniel Herren, je suis né le 11 mai 1959 et j'habite à Ressudens, dans le canton de Vaud (Suisse). Je suis agriculteur de formation et travaille actuellement avec mon beau-frère.

Avant ma conversion, je faisais beaucoup de choses pour m'occuper, parce qu'il y avait un manque en moi. Je cherchais à le combler par divers moyens (en sortant avec des filles, ou avec des copains, par exemple), mais à chaque fois que j'étais seul, il se faisait à nouveau sentir. Il y avait un trou, un vide... j'étais insatisfait de ce que j'avais. Il me semblait qu'il y avait quelque chose de plus.

Quand j'étais petit, ma grand-maman me parlait de Dieu, de Jésus. Tous les soirs, quand elle venait me mettre au lit, elle me faisait réciter le Notre Père, et elle me disait qu'il n'y avait pas que le Notre Père, que je pouvais aussi demander des choses à Dieu et qu'il allait me répondre. Cela créait en moi un respect profond pour Dieu.

La deuxième personne qui m'a parlé du Seigneur était le pasteur de l'école du dimanche. Il nous disait que Jésus pouvait venir dans notre cœur, mais qu'il ne forçait jamais personne; qu'il frappait à la porte, et que c'était à nous de lui ouvrir si l’on voulait qu'il puisse rentrer.

Vers l'âge de 14 ans, j'ai commencé à prier quand j'avais des problèmes. Je récitais le Notre Père, comme ma grand-maman me l'avait appris, puis je demandais à Dieu de répondre à mon besoin du moment. Ensuite, pendant quelques temps, je le remerciais, et puis je l'oubliais de nouveau. Et je recommençais plus tard quand j'avais d'autres problèmes.

Un jour, j'ai rencontré la fille qui allait devenir ma femme, Marianne. C'était dans un restaurant, avec des amis. Quelques temps après, je l'ai revue seul, et nous avons commencé à fréquenter.

Pendant nos fréquentations, j'ai appris à connaître ses parents. Parce qu'ils sont chrétiens, ils ont commencé à me parler du Seigneur, avec beaucoup de douceur. Parfois, un couple de leurs amis se joignait à eux et nous avions alors des discussions sur Dieu, autour de la table de la cuisine.

Souvent, Marianne partait se coucher discrètement, au bout d'un moment. Et moi, je les écoutais, par politesse. Mais il est vrai que ce qu'ils disaient sur ce que le Seigneur avait fait pour eux m'attirait. J'avais envie d'en savoir plus et j'appréciais de les écouter en parler.

Un jour, mes futurs beaux-parents nous ont invités à une rencontre avec un évangéliste texan, Billy Smith, et nous avons accepté d'y aller, par politesse, parce qu'il y avait plusieurs fois qu'ils nous invitaient. Pendant le trajet, j'avais peur. Mais une fois sur place, rien de ce que je craignais n'est arrivé. Après avoir apporté un message, l'orateur a offert à ceux qui souffraient de douleurs quelconques de s'avancer pour qu'il puisse prier pour eux. C'est ce que j'ai fait, et depuis ce jour-là, j'ai été guéri de mes maux de dos.

Un soir, alors que nous parlions de Dieu avec les parents de Marianne et leurs amis, ils m'ont demandé si je voulais me convertir. Je leur ai répondu que je ne voulais pas le faire sans Marianne; or celle-ci était déjà partie se coucher. Nous sommes donc allés la réveiller et avons poursuivi cette discussion tous ensemble.

J'ai demandé pardon au Seigneur pour tout ce que j'avais fait qui lui avait déplu, je lui ai également demandé de venir habiter en moi, pour qu'il puisse m'accompagner tous les jours de ma vie, et me diriger. Le soir même, en rentrant, dans la voiture, j’ai entendu une voix qui me disait : “Maintenant, tu arrêtes de jurer !”. Et depuis ce soir là, même si par la suite j’ai dû continuer à faire attention à ne pas recommencer, j’ai été libéré de l’habitude de jurer et de dire des gros mots.

On m’a ensuite expliqué que dans la Bible il est écrit qu’on doit se faire baptiser, et j’ai décidé de le faire. Depuis ce jour-là, j’ai été libéré de la cigarette.

L'accident
Le 14 mai 1993, nous avons eu un très grave accident de voiture, mon épouse et moi. Un jeune homme arrivant en sens inverse a coupé son contour et nous sommes entrés en collision frontale avec lui. Je ne me rappelle ni de l’avoir vu, ni du choc. La seule chose que je me rappelle c’est avoir vérifié avec ma main si ma femme était toujours à côté de moi. Elle, a essayé de me parler, mais je ne pouvais pas lui répondre.

Dans cet accident, j’ai eu les côtes, la clavicule gauche, la partie supérieure de la tête (à partir de la mâchoire supérieure), certains os de la nuque et le pied droit fracturés. Les médecins ont dû attendre dix jours pour pouvoir m’opérer de la tête, parce qu’elle était devenue grosse comme une courge. Les personnes qui venaient me trouver ne me reconnaissaient qu’à ma dentition, tellement j’étais défiguré. Une fois ces dix jours passés, j’ai subi deux opérations de dix heures durant lesquelles on m’a posé des plaques, des vis et des agrafes afin que mes os puissent se remettre en place et se recoller. Je suis resté dans le coma pendant trois semaines

Je me souviens que mon père a demandé aux médecins comment je m’en sortirais. Ils lui ont répondu que physiquement ça irait, mais que je serais sans doute aveugle. Or maintenant, je vois bien. Je porte des lunettes, mais je vois bien.

Notre accident avait eu lieu un vendredi soir. Une heure après, certains membres de notre église étaient réunis pour prier pour nous. Le dimanche qui suivait, une rencontre de prière extraordinaire avait lieu pour ma femme et moi. Une chaîne de prière a également été mise sur pied pendant les deux mois et demi que j’ai passés à l’hôpital. Et j’ai appris plus tard que d’autres églises de Suisse romande et d’Ukraine avaient aussi prié pour nous.

Je peux voir le résultat des prières : aujourd’hui, je peux à nouveau travailler. Pourtant, quand les médecins ont vu dans quel état j’étais, ils étaient très sceptiques quant à l’amélioration de mon état. Et ils ont été très surpris de la manière dont je m’en suis sorti. Et je sais que c’est vraiment grâce à Dieu et aux prières que je me suis si bien rétabli.

Nous revoyons de temps en temps le jeune homme avec qui nous avons eu l’accident et nous avons pu parler avec lui, et lui dire que nous lui pardonnons ce qui est arrivé. C’est quelque chose qui l’a touché, et même choqué.

La stérilité vaincue
Médicalement, ma femme ne pouvait pas avoir d’enfants, et pendant quatre ans, nous avons attendu et essayé d’en avoir. Et c’est quelque chose qui est très dur. Dans mon cœur, c’était lourd à chaque fois que quelqu’un m’annonçait qu’il allait avoir un enfant. Or pendant mon coma, au CHUV Centre Hospitalier Universitaire Vaudois – Lausanne, Suisse, le Seigneur m’a dit qu’en 1994 soit une année plus tard, nous aurions un enfant. C’est quelque chose qui m’a en même temps surpris, fait du bien et à quoi je me suis accroché. Et en effet, notre première fille est née en décembre 1994.

Je suis reconnaissant à Dieu, car pendant quatre ans nous avions prié pour avoir des enfants. Aujourd’hui, huit ans plus tard, nous avons trois filles, et chacune est le résultat de prières.

Jean-Daniel Herren
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Témoignage de Jean-Daniel Herren
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une partie de campagne (en seconde) adaptation Jean-Daniel Verhaeghe ("Chez Maupassant")
» Le témoignage de Jean. Evangile : Jn 1, 19-28
» Méditation Quotidienne : Le témoignage de Jean
» Le témoignage de Jean
» Vidéo-témoignage : "Jean-Paul II pardonne à son assassin" !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Verité Sur La Vie Chretienne :: Temoignages :: Temoignages Texte-
Sauter vers: